Fiche Métier Covid-19 Ouvrier de production

Article créé le 30 juin 2020

Quelles précautions prendre et quels risques de transmission contre le Covid-19 sur une ligne de production, d'assemblage, montage, et du conditionnement de produit ou composant ? Le ministère du travail a mis en place des fiches métiers par secteurs pour accompagner les professionnels à faire face aux dangers de la contamination du coronavirus sur leur santé et de leur entourage immédiat.


ouvriers de production de masques


Ouvrier de production : rappel sur les nouveaux risques

Parmi les tâches de ce professionnel se trouve :

  • la supervision du fonctionnement des systèmes automatiques et la vérification des normes ou conformité avec les fiches techniques de production
  • le travail sur une ou plusieurs lignes de production de biens en tous genres, la préparation et le chargement des matières premières sur des machines et instruments, assemblage des composants à la main ou à l'aide d'outils
  • information des éventuels dysfonctionnements auprès des responsables
  • le conditionnement et l'emballage des produits.

En période de pandémie, tous ces travaux impliquent des risques d’exposition du salarié sans le respect des mesures de prévention et de lutte contre la propagation du Covid-19. 

Quels sont les risques de contagion du Covid-19 ?

Le facteur de contamination principal provient de la manipulation directe des mains sans gants sur des surfaces ou des objets déjà contaminés. Le virus peut survivre quelques heures à quelques jours sur les surfaces et objets, poignées et commandes de machines ou d’appareils, cartons, écrans de contrôle… De plus, le risque est élevé si ces mains sont portées à la bouche sans qu’elles aient été préalablement lavées (à l’eau et au savon ou avec une solution hydro alcoolique SHA).

Outre la manipulation des mains, la propagation du virus se fait par la projection de sécrétions (gouttelettes contaminées) lors de toux, éternuements, ou de postillons.

Autre facteur à risque, le fait de saisir directement des aliments, des verres ou bouteilles, des cigarettes, avec les mains sales ou les partager avec d’autres personnes.

Quels sont les gestes barrières ? En premier lieu le lavage des mains le plus fréquemment possible, tousser et éternuer dans son coude (ou dans un mouchoir en papier jetable et le jeter aussitôt), se sécher les mains avec du tissu à usage unique ou du papier.

Les surfaces touchées et les objets manipulés doivent être nettoyés régulièrement avant chaque utilisation.

Toutes les trois heures, le salarié doit penser à aérer les locaux et pièces fermés pendant 15 minutes.

En cas de coactivité ou de discussion sur les procédures (maintenir les réunions les plus indispensables), les mesures de distanciation physique sont obligatoires entre l’ouvrier de production et les tiers, clients, fournisseurs ou autres opérateurs (au moins 1 mètre). Cette règle inclut également de ne plus serrer les mains pour se saluer, ni faire accolade et ne pas s’embrasser (surtout en l’absence de mesures de protection individuelle).

Un affichage à destination des chauffeurs sur les consignes de livraison est prévu à l’extérieur du site (en plusieurs langues avec pictogrammes) afin de faciliter la compréhension des gestes barrière et des principales mesures mises en œuvre.

Mesures et organisation de travail spécifiques au métier d’ouvriers de production

Sur les lignes de production...

Pour la mise en œuvre des gestes barrières (distance de 1 m et lavage des mains en outre), l’employeur doit désormais ajuster l’effectif présent à chaque ligne et les cadences :

  • travail en face-à-face, plus de 1 mètre de distance physique avec écran ou film central (travail avec quatre ouvriers de chaque côté espacé par un autre au milieu), au mieux ajuster les cadences avec des roulements pour limiter le nombre de personnes présentes simultanément
  • travail côte à côte, au moins 1 mètre d’espacement entre deux opérateurs en plus barrières physiques en plus de panneaux rigides ou de rideaux en plastique, hauteur à partir du sol d’au moins 2 mètre x largeur d’au moins 1 mètre (matériaux transparent)
  • travail sans poste fixe, faire porter un masque (non-sanitaire) pour ces salariés en renfort aux consignes de sécurité sanitaire

Dans chaque configuration, dans l’atelier, les distances de travail sont matérialisées par des marquages au sol bien visibles.

Lorsque les mesures de protection collective ne suffisent pas, tout doit être entrepris afin de garantir les meilleures situations de travail avec le port d’équipements de protection individuels (EPI) : visières, masques, combinaisons, gants…

En dehors du périmètre du poste de travail, aucun déplacement intempestif ne doit être autorisé : pour les pauses ou la prise de repas, un flux de circulation (sens unique) devra permettre de respecter les distances minimales

Changement d’équipes

Ce changement d’équipes est organisé de manière à ce qu’aucune personne ne puisse se croiser, à fortiori dans les goulots d’étranglement. La coactivité entre agents de production et agents support doit aussi bien être organisée. Le CSE, comité social et économique peut participer à la définition des moyens de prévention complémentaires avec suivi de leur mise en œuvre.

Il est crucial de réaliser le ramassage des poubelles (contenant des mouchoirs, lingettes, masques et gants de protection) le plus souvent possible, et avant chaque début de rotation.

Les gants évitent que les mains se contaminent au contact des surfaces, toutefois les mains gantées ne doivent jamais être en contact direct avec le visage ou les aliments. Après avoir ôté les gants, chaque opérateur doit se laver les mains.

Il faut également attribuer du matériel individuel et des outils. L’employeur limite à une seule personne les interventions sur clavier, écrans tactiles et tout autre équipement informatique (protégés par des films plastiques).

Un cahier ou un tableau blanc doivent comporter par écrit les consignes doivent pour réduire les échanges verbaux (risques de postillon) : si la zone de production est bruyante, les intéressés doivent quitter les lieux pour pouvoir échanger.

Plan de nettoyage

Ce plan est réalisé à chaque changement d’équipes (avec périodicité et suivi des procédures de nettoyage, séchage et désinfection). À la fin de chaque service, les portes sont entrouvertes dans le respect des préconisations d’hygiène pour éviter le contact répété des mains sur les portes. Les postes de travail, les équipements et les outils, les locaux sanitaires sont nettoyés autant de fois que possible, avec le matériel collectif mis à disposition des salariés à chaque changement de poste.

Les employés de nettoyage doivent se laver les mains très régulièrement avec du savon ou du gel hydroalcoolique.


Commentaires