Fiche Métier Covid-19 : Opérateur des Bureaux de contrôle, bureaux de vérification et diagnostiqueurs en industrie, production

Article créé le 26 juin 2020

Parmi les nombreux métiers du secteur de l'industrie se trouve l'opérateur des bureaux de contrôle, de vérification et les diagnostiqueurs. Le ministère du travail publie des fiches conseils pour accompagner ce professionnel dans ses différentes activités de manière à : éviter les risques d'exposition au virus, évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités, privilégier et prioriser les mesures de protection collective (et de protection individuelle).


contrôle en industrie


L'opérateur des bureaux de contrôle, de vérification participe à la gestion des risques industriels (risques matériels, humains et environnementaux), pour préserver le site et les salariés. L'employeur doit évaluer les risques pour toutes les circonstances d'exposition possibles à chaque intervention des opérateurs :

  • présentiel au bureau
  • transport sur le lieu de l'intervention
  • usage d'un véhicule professionnel ou personnel
  • usage de matériels et outils partagés
  • accueil sur site client, intervention sur site et restitution.

Risques de transmission et précautions à prendre contre le Covid-19

Rappel sur les mesures barrières

Pour parer aux sécrétions projetées lors d'éternuements ou de la toux, chacun doit tousser, éternuer ou cracher dans un mouchoir jetable ou tousser et éternuer dans son coude. Les surfaces et les objets peuvent également être contaminés par des postillons ou des gouttelettes infectieuses, surtout en cas de contact étroit à moins d'un mètre dans un même lieu de vie (en l'absence de mesures de protection).

Des mains contaminées peuvent être un facteur porteur du Covid-19, le contact des mains non lavées portées au visage, à la bouche ou au nez constitue un risque élevé de transmission. Il en est de même pour les objets contaminés, en se rappelant que chacun peut être porteur du virus et le transmettre à son tour.

Le virus peut survivre quelques heures à quelques jours à l'air libre sans nettoyage et désinfection. Il existe un risque important lors du contact de la main avec la bouche.

Si le télétravail est possible, l'opérateur doit se conformer à cette règle chaque fois qu'il peut être mis en œuvre pour éviter le risque en supprimant les circonstances d'exposition.

En cas présence obligatoire sur les lieux de travail, l'employeur peut prévoir pour ses salariés le séquencement des activités et la mise en place d'embauche en horaires décalés. Cette réorganisation du travail dans l'entreprise doit permettre de faciliter la gestion des flux et la distanciation physique, limiter la concentration et l'affluence de personnes (jauge maximale de 4 m²/personne).

Lorsque toutes ces mesures de prévention et protection collectives sont insuffisantes, l'employeur a l'obligation de mettre en œuvre des mesures de protection individuelle supplémentaires pour garantir la protection de la santé et la sécurité des travailleurs (port EPI) :

  • visière, masque de protection respiratoire
  • gants, surblouse, combinaison jetable ou à usage unique.

Organisation spécifique des interventions

Préparation de l'intervention

À chaque intervention, l'opérateur doit bien distinguer les activités urgentes et les autres tâches pouvant être reportées : pour cela, il doit prendre contact avec les clients et établir un protocole pour limiter ou éviter les risques d'exposition. De même, si les conditions de sécurité sont impossibles à respecter sur site, notamment distanciation sociale et coactivité, les prestations sont alors reportées. Un responsable est désigné pour l'accueil des intervenants, l'opération est annulée en cas d'absence du personnel qualifié ou de vacation du responsable.

Lors de la mise en place du protocole d'intervention partagé avec le client, le responsable du chantier doit être mis au courant sur l'identité et les coordonnées, soit du référent COVID-19 du lieu d'accueil, soit du responsable chargé de l'accueil et de l'accompagnement de l'opérateur. En plus, le protocole liste les lieux et locaux (y compris sanitaires) autorisés avec les conditions d'accès aux opérateurs.

Le client doit au préalable envoyer le détail de la prestation (par voie numérique) avec les documents nécessaires à l'intervention afin d'éviter leur consultation sur place : fonctionnement des équipements ou appareils à tester, contrôler ou vérifier.

Tous les déchets sont jetés et éliminés sur place, le protocole indique également le bon usage des locaux et des mesures d'hygiène, emplacement des consommables, moyens de lavage des mains, procédures pour respecter la distanciation sociale et le nettoyage des surfaces.

Arrivée sur le site

En début d'intervention, l'opérateur doit demander à son interlocuteur privilégié si les mesures de prévention et le protocole est bien respecté. L'opérateur extérieur doit avertir de son arrivée par SMS ou par téléphone pour éviter tout contact physique direct ou indirect avec le personnel du site d'accueil.

En cas d'accompagnement sur le site avec utilisation d'un véhicule, sans excéder deux personnes par véhicule, installation en diagonale avec le conducteur séparé d'au moins 1 mètre (en privilégiant des véhicules séparés) pour respecter les mesures de protection du covoiturage.

Durant toute l'intervention, faire porter à l'intervenant un masque ou une visière et nettoyer les équipements de travail et les matériels sur site avant et après l'intervention.

Les échantillons à analyser sont emballés dans des contenants plastiques et expédiés chez le prestataire d'analyse ou au dépôt par envoi postal.

Les déchets sur place doivent être débarrassés dans un sac hermétique prévu dans la poubelle du site.

Outils et matériels individuels...

Chaque opérateur intervenant sur site a à sa disposition un véhicule, le nettoyage des clés et de l'habitacle du véhicule ainsi que son aération se fera entre chaque utilisateur en cas de véhicule multi-utilisateurs. Le transport de plusieurs personnes dans un même véhicule est interdit, sinon il faut adopter les mesures de protection telle que la désinfection, aération après chaque usage, la distanciation sociale et le port de masques.

Avant le départ de l'entreprise vers le site d'intervention, l'opérateur doit emporter dans son véhicule un kit par personne.

  • réserve d'eau et de savon
  • serviettes à usage unique ou gel hydro alcoolique, lingettes
  • sacs-poubelle
  • produits d'entretien ou désinfectant
  • kit de dépannage d'urgence pour éviter le passage chez le garagiste
  • appareils de mesures,téléphone, pompes et d'autres outils (doivent être remis individuellement pour chaque opérateur).

Pour réduire les risques de transfert de main en main, le support papier est déconseillé à la faveur des ordinateurs et tablettes.

Pause et déjeuner

Les déplacements loin du domicile de chaque opérateur peuvent être limités, une organisation est établie pour identifier les lieux pour se restaurer et aller aux toilettes pour se laver les mains.

L'employeur oui le responsable du site demande aux opérateurs de préparer et d'emporter leur propre repas.

Les opérateurs doivent regagner directement leur domicile afin d'éviter à nouveau les contacts lors des retours en agence.


Commentaires