Fiche Métier Covid-19 Agent de sécurité

Article créé le 23 juin 2020

Quelles précautions prendre pour un agent de sécurité pour lutter contre la propagation du Covid-19 ? Comment lutter efficacement contre la propagation du virus et les risques de transmission ? Actuellement, face à la crise sanitaire, le ministère du travail publie des fiches conseils pour accompagner tous les professionnels dans les différents secteurs, notamment en matière de protection de biens et de personnes dans les ERP.

L’agent de sécurité est au cœur de la bonne application des règles de sécurité sur le site et de sûreté pour garantir en assurant le strict respect des consignes de prévention (par exemple prise de température, lavage au gel hydro alcoolique, filtrer les entrées) et des protocole de sécurité, au même titre que la surveillance. Ainsi, cet agent doit garantir la protection des personnes et des biens. Il faut rappeler que les équipes de sécurité sont le plus souvent affectées dans les établissements recevant du public ERP, il participe alors aux opérations de secours en cas d'événement exceptionnel, ou d'accident, incidents et anomalies (rédaction du journal de sécurité pour signaler les événements survenus).


agent de sécurité


Quels sont les risques de contamination du coronavirus ?

Si le télétravail, recommandé par les autorités sanitaires, est le moyen de supprimer les circonstances d’exposition des salariés, l’agent de sécurité lui doit assurer une présence permanente dans les locaux pour veiller à la sécurité des personnes et à la préservation des biens.

Selon les consignes établies, il déclenche les moyens ou procédures à appliquer suivant son appréciation de la situation avec des actions appropriées.

Cette présence obligatoire surexpose le salarié à des risques de projection de sécrétions, gouttelette et postillon infectieux, surtout en l’absence de mesures de protection (distanciation physique de 1 mètre, port EPI masque ou visière). Le risque étant plus élevé en cas de contact direct dans un même lieu de vie. 

Un risque important de transmission est le contact des mains non lavées avec la bouche, le nez ou les yeux, ou si un objet contaminé par des mains sales est porté au visage. 

Ainsi, le sens de l'observation et la réactivité des agents permettent de détecter les personnes présentes qui ne respectent pas les mesures de sécurité sanitaire et de tout de suite les signaler.  

L’agent de sécurité peut également être porteur du virus et le transmettre à son tour, il faut que ce dernier puisse au préalable respecter les gestes barrières de l’OMS Organisation mondiale de la santé :

  • se laver les mains régulièrement, à l’eau et au savon, ou avec un gel ou une solution hydro alcoolique SHA (selon une fréquence adaptée à l’affluence et à chaque risque suspect de contamination)
  • se sécher les mains avec du papier à usage unique ou du tissu propre jetable
  • éviter de se toucher le visage en particulier le nez et la bouche
  • tousser et éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir jetable pour se moucher, tousser, éternuer ou cracher et le jeter aussitôt dans un sac fermé
  • respecter les mesures de distanciation physique, au moins 1 mètre (ne pas se serrer les mains ou embrasser pour se saluer, ni d’accolade)
  • porter des EPI protection individuelle en complément des gestes barrières, masques, visières.

Toutes les 3 heures, l’agent de sécurité veille à l’aération des locaux et pièces fermés pendant quinze minutes et supervise le nettoyage des surfaces en contact direct avec les clients et les objets manipulés (le virus peut survivre quelques heures à quelques jours sur les surfaces contaminées).

Mesures et organisations spécifiques de prévention et de protection

Organisation du travail...

Les embauches en horaires décalés, les plages horaires étendues et le séquencement des activités sont désormais les modes opératoires adoptés lorsque la présence sur les lieux de travail est obligatoire. Cela facilite la gestion des flux de personnes en respectant le nombre de personnes simultanément présentes dans un même espace, jauge maximale 4 m²/personne.

La gestion et la limitation de l’affluence et la concentration entre salariés et avec les tiers, clients, prestataires, permet de renforcer la mise en place de règles de distanciation physique.

Les rondes du personnel de sécurité sont réétudiées afin de réduire le turnover au même poste : l’employeur privilégie les rondes à un agent et non plus à deux ou plusieurs agents dispersés. Des équipes fixes sont aussi constituées si possible en respectant les précautions sanitaires, pour faciliter l’appropriation des nouvelles procédures. 

Avant la prise de poste, l’agent procède au nettoyage du local et des surfaces avec des lingettes (téléphones, poignées et boutons de portes, souris d’ordinateurs, claviers, écrans, trousseaux de clés, etc.).  

L’agent de sécurité demande au responsable du site ou à son employeur de lui fournir des consommables (gel hydroalcoolique, savon et moyen de séchage des mains, mouchoirs papier essuie-mains et poubelles.

Des outils et matériels individuels doivent également être prévus sur les lieux de travail.

Toutes les tâches qui peuvent être réalisées sans contact direct avec le public ou les salariés de l’entreprise d’accueil sont listées, pour tous les nettoyages des règles claires et précises sont fournies à tous les salariés durant la pandémie. 

Les salariés sont formés aux nouvelles procédures et des classeurs de consignes numériques avec un outil informatique sont attribués par utilisateur lors des passages de relais (l’employeur veille constamment au nettoyage du matériel).

Un véhicule de patrouille est attribué par agent en cas d’utilisation de voiture de service : une procédure de nettoyage du véhicule et du matériel utilisé est rédigé à chaque changement d’agents successifs. 

Le poste central de sécurité ou local PC de sécurité doit contenir un nombre limité de salariés présents ensemble avec le respect des distances de sécurité (une seule personne en cas de local étroit). Pour la bonne gestion des flux, il faut prendre en compte le nombre de salariés se relayant dans le même local avec les horaires de fins et de prises de poste.  

Contacts directs

L’agent de sécurité veille à bien gérer et limiter le nombre de personnes en contact avec les salariés chaque jour ; avant d’entrer en contact, l’agent fait respecter les mesures barrières notamment la distance d’au moins un mètre.

Des barrières de séparation transparentes en plexiglas sont aménagées pour les tâches d’accueil, de contrôle d’accès (tâches nécessitant un contact avec le public). 

Pour se protéger des projections, le port d’un casque à visière et une tenue type soignant est recommandé en cas de secours et d’assistance aux personnes, en respectant toujours les distances entre deux personnes de 1 mètre au minimum. Il ne faut jamais établir se toucher de main à main en cas d’intervention pour les secours à la personne. L’intervenant de la sécurité doit faire porter un masque chirurgical à la personne secourue et un autre masque FFP2 pour lui. 

Salle de pause et de restauration

Les agents de sécurité ont également pour rôle d'organiser les collations et les prises de repas : une rotation ou une réorganisation des déjeuners en horaires décalés doit permettre de limiter la présence simultanée de salariés.

En supplément de cette organisation, l’employeur doit pouvoir mettre en œuvre les 1 mètre minimum de distance à table, marquage au sol de l’emplacement de la chaise, nombre de chaises suffisant correspondant au nombre de personnes pouvant déjeuner ensemble.

Des bouteilles d’eau individuelles sont placées à chaque emplacement d’un salarié, pour supprimer l’usage de la fontaine à eau commune.  

Après chaque pause ou chaque prise de déjeuner, la salle et toute surface touchée par les mains sont nettoyées et désinfectées avant l’arrivée de la vague suivante. 


Commentaires