Les commandes envoyées entre le 31 juillet et le 14 août seront expédiées à partir du 17 août.

Travailer dans un commerce de détail alimentaire (Fiche Métier Covid-19)

Article créé le 18 mai 2020

Le ministère du travail préconise les fiches conseils métiers pour aider les entreprises de tous les secteurs et les travailleurs à faire face à la propagation du Covid-19 dans la poursuite de leurs activités. La fiche métier Covid-19 associée au travail dans un commerce alimentaire doit permettre de mettre en place une démarche de prévention et de protection de la santé des travailleurs (éviter les risques d’exposition au virus, évaluer les risques ne pouvant être évités et privilégier les mesures de protection collective en donnant la priorité aux mesures de protection individuelle). 


le commerce alimentaire


Rappel sur les gestes barrières et la distanciation de sécurité dans les magasins et marchés alimentaires

Le commerce de détail alimentaire représente l’ensemble des agents économiques et des activités dans le domaine de la distribution de l’al­i­men­ta­tion générale et produits alimentaires divers, viandes, fruits et légumes, vins et confiserie, boissons, poissons et coquillages et produits laitiers.

Détaillant ou commerçant, artisan, boutiquier, tenancier de magasin, gérants de supérettes, propriétaires de chaînes de boutiques online ou offline sont concernés par cette fiche. Des affiches de rappel sur l’importance du lavage des mains avant et après utilisation de tout matériel commun ou au cours de l’activité doivent être mis en évidence dans les locaux d’accueil, de travail et salles du personnel. Pour accompagner cette première mesure, l’employeur doit prévoir en permanence des stocks de gel hydroalcoolique, savon et mouchoirs en papier, essuie-tout, lingettes désinfectantes (à proximité des postes de travail, vestiaires et salles de pauses).

Chacun des individus présents, salarié, client ou prestataire, doit pouvoir mettre en œuvre le geste barrière du lavage et le séchage des mains, mais aussi l’utilisation de mouchoir pour se moucher, tousser ou éternuer (puis le jeter aussitôt) ou si possible dans le coude. 

Le contact des mains non traitées avec la bouche est un puissant vecteur de contamination du virus.

La distribution de bouteilles d’eau individuelles est fortement recommandée pendant la pandémie, plutôt que l’utilisation des fontaines à eau.

Afin de respecter les mesures de distanciation physique, des zones ou des marquages de 1 mètre de sécurité sont matérialisés ou tracés en magasin ou sur les marchés. De même, deux personnes ne doivent plus se saluer avec des accolades, ni embrassades et encore moins se serrer les mains. 

Autres mesures pour éviter le virus

Le secteur du commerce de détail alimentaire pour particuliers ou consommateur final regroupe les magasins de petite ou de grande taille, les marchés de détail de produits alimentaires, d’aliments à consommer Chacun des individus présents, salarié, client ou prestataire, doit pouvoir mettre en œuvre le geste barrière du lavage et le séchage des mains, mais aussi l’utilisation de mouchoir pour se moucher, tousser ou éternuer (puis le jeter aussitôt) ou si possible dans le coude..

Le plus souvent, les transactions (acheter des marchandises pour les revendre par petites quantités) impliquent la présence physique des propriétaires, salariés, clients ce qui implique la vigilance et la prise de mesures de sécurité organisationnelles :

  • séquencement des activités et horaires décalés
  • sens de circulation unique, limitation de l’affluence et la concentration des salariés et des clients, prestataires et fournisseurs (pour une meilleure gestion des flux)
  • limitation du nombre de personnes simultanément présentes dans un même espace (jauge maximale de 4 m² par personne)
  • entrées de personnes à filtrer
  • aération des locaux (fermés) pendant 15 minutes toutes les 3 heures.

Un plan de nettoyage est établi pour le traitement approprié des surfaces de travail, des matériels, outils et équipements de travail (y compris communs, machines à café, photocopieurs), des poignées de portes et boutons et des zones de paiement : tout objet et surface susceptibles d’avoir été en contact avec les mains des clients, vendeurs et tiers personnes. L’employeur en fixe la périodicité et effectue le suivi des tâches de nettoyage. 

L’Agefiph et le Fiphfp ont mis en place des services et des aides financières aux entreprises pour réaliser des aménagements et des adaptations spécifiques aux salariés en situation de handicap (maintien dans l’emploi) et pour freiner les effets de la crise sanitaire.

Organisation du travail dans les commerces alimentaires

Informer le client et réorganiser le travail...

Si possible avec des renseignements utiles à l’entrée du magasin ou du marché :

  • rappel des consignes
  • organisation du service, créneaux horaires et pauses
  • organisation des files d’attente
  • modalités de paiement
  • procédures de retrait des marchandises
  • possibilité de passer des précommandes par téléphone.

Un poste d’encaissement avec ou sans service de livraison sera installé en extérieur pour éviter le cumul de personnes à l’intérieur des lieux de vente. Chaque produit touché doit être acheté. 

Les portes des locaux doivent être laissées ouvertes pour limiter les contacts avec les poignées : la régulation et l’accès dans le magasin ne doivent cependant pas être affectés.

Travail journalier

Avant le début de l’accueil des clients, les salariés présents doivent organiser la mise en place des produits alimentaires dans les rayons ou dans les vitrines. Pour accorder un maximum d’intérêt aux mesures de précaution, la plage horaire d’ouverture peut être réduite sans accroître la concentration de clients dans le magasin.

Les rotations ou e embauches en horaires décalés sont des mesures d’organisation pour éviter l’encombrement des employés dans les mêmes espaces de vie ou de travail. Aux caisses, un marquage au sol doit permettre de respecter la distance d’un mètre.   

Les salariés sont placés dos à dos ou bien une caisse sur deux est ouverte. Le nettoyage et la désinfection des machines (en cas d’utilisation de caisses automatiques) et des surfaces en contact avec les mains du client doivent se faire le plus souvent possible.

Dans la mesure du possible, des outils de travail individuels sont attribués au personnel.

Le paiement par carte bancaire permet d’amoindrir le contact de main à main, contrairement au paiement en espèce (et de remise de monnaie). 

Le commerce de détail alimentaire ou retail constitue une activité de vente sur place ou à emporter à une clientèle de particuliers. La vente se passe dans un ERP établissement recevant du public, le local d’accueil doit répondre aux normes de sécurité (normes d’hygiène des locaux, bon entretien des appareils).  

De plus en plus de magasins privilégient l’expérience utilisateur avec la digitalisation des achats et des courses en ligne. L’employeur peut aussi adopter pour ses clients la livraison à domicile dans la mesure des possibilités humaines et logistiques (en respectant les gestes barrières). 


Commentaires