Fiche Métier Covid-19 chauffeur-livreur

Article créé le 25 juin 2020

Le Covid-19 perturbe les activités et l’organisation dans les entreprises. Ainsi, le ministère du travail publie des fiches par secteurs. Quels sont les risques et les précautions à prendre pour faire face à la transmission de la maladie à coronavirus pour le chauffeur-livreur ?

Responsable de la livraison ou de l'approvisionnement d’une entreprise aux clients en consommables, en produits divers comme les matières premières ou en produits finis, ce professionnel du transport s’occupe aussi de l’enlèvement d'un fournisseur à une entreprise. Ainsi, le chauffeur-livreur côtoie plusieurs personnes dans des environnements de travail différents.


un chauffeur livreur


Quels sont les risques de transmission du Covid-19 ?

Généralités sur les risques pour les professionnels

Un postillon ou une gouttelette contaminés constituent des sécrétions projetés lors d’éternuements ou de la toux, porteurs du virus.

Lors de contact étroit et direct à moins d'1 mètre en l’absence de mesures de protection, le risque est plus important.

Les mains sales ou contaminées sont un facteur de transmission du virus, étant donné que tout le monde est susceptible de porter le virus et le transmettre.

Des mains sales ou un objet contaminé ne doivent pas toucher le visage, en particulier la bouche et le nez.

Le partage d’aliments, de boissons, verres, bouteilles, avec des mains sales ou contaminées est risqué en cette période de pandémie.

Les surfaces contaminées représentent un risque important de transmission du Covid-19, car le virus survit à température ambiante de quelques heures à quelques jours.

Rappel des gestes barrières et des mesures de distanciation

Pour éviter ces risques, les autorités sanitaires recommandent de bien se laver les mains avec une solution hydro alcoolique SHA, à l’eau et au savon et de se sécher les mains avec du papier à usage unique ou du tissu.

Il faut éviter de se toucher le visage, nez et bouche. Il faut également respecter les mesures de distanciation physique de 1 mètre.

Il faut enfin nettoyer les surfaces touchées et les objets manipulés régulièrement, puis aérer pendant quinze minutes les pièces fermées toutes les 3 heures.

Risques pour les activités du chauffeur-livreur

Enlèvement et risques d’exposition

Le chauffeur-livreur doit se référer aux consignes de sa lettre de mission d’enlèvement, 

heure de présence chez le fournisseur, documents obligatoires (dont attestation de déplacement de l’employeur), procédures pour le chargement du véhicule avec les règles de conditionnement (bon état des marchandises pendant le transport et sécurité du chauffeur), . 

Après, le chauffeur livreur assure le transport de marchandises en respectant le code de la route et la circulation : vitesse, signalisation, hauteurs limites et poids total. Toutes les formalités douanières sont remplies si le véhicule de transport doit faire un passage aux frontières.

Pendant ces contacts fréquents, le chauffeur-livreur est exposé à de nombreux risques d’exposition au virus :

  • projection de postillons ou de gouttelettes infectieuses en cas de contact étroit (toux, éternuements, discussion prolongée…)
  • transmission par contact direct des mains avec des objets, des documents, emballages ou surfaces contaminées
  • transmission du virus en cas de partage d’aliments, de cigarette ou de verre et gobelet
  • contact des mains contaminées avec le visage, yeux, nez, bouche
  • contact physique à moins d’un mètre, en serrant la main ou en faisant des accolades ou des embrassades pour se saluer.

Livraison et risques

Pour la mission de livraison, le chauffeur-livreur garantit le transfert des marchandises dans les meilleures conditions avec les documents afférents (garantie de l'intégrité des marchandises et du respect des délais, vérifications d'usages du véhicule, vérification et chargement des produits, prise de connaissance des papiers d'expédition et de livraison).

Les mêmes risques de contacts fréquents et d’exposition incombent aux deux principales missions du chauffeur-livreur, c’est-à-dire celle de l’enlèvement et celle de la livraison. 

De plus, ce professionnel est le premier responsable de l’entretien de son véhicule, qu’il s’agisse de missions d’enlèvement ou de livraison. Ceci permet d'assurer la qualité des services et améliore l'image de son employeur ou de son entreprise : en cas de doute, des mesures correctrices sont apportées par l’employeur ou des prestataires externes.

Le visage ne doit jamais être touché avec des mains sales, surtout après chaque livraison.

Organisation du travail

Chaque livreur doit avoir un véhicule pour effectuer ses tournées, des modalités de désinfection s’appliquent pour tout changement d’utilisateur (véhicule multi-utilisateurs)

  • clés
  • habitacle, volant, levier de vitesses, tableau de bord, poignées du diable ou du transpalette, sièges 
  • commande manuelle, montée et descente des hayons

Des outils individuels sont également à privilégier dont téléphone (avec chargeur adaptable), tablette, sacs et diable, ainsi que des consommables et kits : bouteilles d’eau individuelles, gel hydro alcoolique ou réserve d’eau et savon liquide, serviettes à usage unique, produits d’entretien ou désinfectant virucide, lingettes désinfectantes, sacs-poubelle, papier toilette, kit de dépannage d’urgence. Il faut que le conducteur charge en dernier ce qui sera livré en premier dans le véhicule afin de ne pas désorganiser l’emplacement des marchandises. Ceci évite aussi les manipulations fréquentes.

Les déchets sont jetés dans le sac-poubelle prévue dans la cabine, le matériel de manutention et les accessoires de travail sont nettoyés, en particulier les zones en contact avec les mains, sac, diable, équipements d’aide pour lever les charges.

Arrivée sur le site ou au domicile du particulier

Le chauffeur reste dans la cabine en attendant son tour à l’entrée du site d’accueil, il avertit le fournisseur ou le client (klaxon, appel de phare, appel du numéro de téléphone du responsable du lieu de chargement ou de déchargement et site de livraison). Il doit se renseigner sur le lieu de parking et les points d’accès à sa disposition durant la pandémie, les locaux sanitaires, coin café. Pour la livraison chez des particuliers, le chauffeur doit avertir par SMS ou par un e-mail de l’heure de livraison et de la consigne de distanciation de sécurité en cas de présence nécessaire du client (pas de papier ni de signature), modalités de dépose des colis devant la porte. Dans tous les cas, si la participation du chauffeur n’est pas indispensable, il se met suffisamment à l’écart des opérations. 

Autres recommandations…

Il doit également organiser le parcours avec les lieux d’arrêt et de pause pour se restaurer et aller aux toilettes durant la tournée : il doit désormais préparer chez lui son repas et l’emporter.

Les consignes de distance à respecter avec les salariés du site et les chauffeurs doivent être appliquées pour les opérations de chargement sur les quais de chargement, à l’entrée des entrepôts et des usines.

Toute formalité administrative doit être dématérialisée, le chauffeur et ses interlocuteurs doivent procéder :

  • au scannage des colis
  • à la livraison avec dépose au sol, sans remise en main propre
  • à la prise d’une photo du client avec son colis, pour remplacer la signature.

Commentaires